Sélectionner une page

VITESSE GRAND C

Evaluer la vitesse du changement climatique

Tables rondes

Le mercredi 22 mars 2017

9h – 17h
Entrée libre sur inscription OBLIGATOIRE : lien pour le formulaire.
Une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée de la Cité des Sciences
Pour tous renseignements, contactez communication.uvsq@gmail.com

9h – 12h : L’histoire et les mécanismes des changements climatiques

Le climat est l’un des systèmes naturels les plus complexes de la Terre. Son comportement dépend de nombreux mécanismes, tels que les courants marins et atmosphériques, ou les cycles du carbone et de l’azote. Ces facteurs répondent cependant à des équilibres fragiles et ce au travers de cycles au cours desquels le climat se réchauffe et se refroidit. L’Homme, son évolution, son activité et l’impact significatif qu’il a sur son environnement (anthropocène) ont modifié ces cycles d’une manière unique et accélérée. La notion de vitesse appliquée à ces changements est ainsi devenue aujourd’hui une préoccupation centrale pour saisir l’ampleur de cette anthropocène mais aussi la fréquence et l’amplitude des catastrophes qui en découlent de manière assez évidente. Désormais, l’enjeu n’est plus de savoir si le dérèglement climatique va poser problème pour l’Homme, son économie et sa survie. La vraie question est de savoir quand et comment cela se produira. Pour comprendre au mieux ces fonctionnements et anticiper leurs évolutions futures, à court et à long terme, les chercheurs se tournent donc vers le passé. La paléoclimatologie cherche à découvrir où nous mène cet emballement des cycles climatiques en étudiant leurs comportements passés. Cela permet de dresser un panorama du climat contemporain et de s’interroger sur le climat à venir.

Direction scientifique

Pascale BRACONNOT : chercheuse CEA au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement

Christophe COLIN : professeur des universités, directeur adjoint du laboratoire GEOPS, vice président recherche du département des sciences et de la Terre de l’université Paris Sud, Professeur des universités

Direction pédagogique

Gianni GIARDINO : Maître de conférence à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines

Modérateurs

Christophe COLIN : professeur des universités, directeur adjoint du laboratoire GEOPS, vice président recherche du département des sciences et de la Terre de l’université Paris Sud, Professeur des universités

Pascale BRACONNOT (sous réserve) : chercheuse CEA au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement

Intervenants

Antonin POTTIER : normalien et chercheur au CERNA

Frédéric DENHEZ : Ingénieur écologue, conférencier et Journaliste

Christine PERRIN : Paléoclimatologue

M. Loïc Fel : cofondateur de l’association COAL

14H – 17h : La capacité de résilience de l’Homme et de la nature face à la vitesse du changement climatique

Dans le siècle qui vient, la Terre et ses habitants vont subir un réchauffement climatique inédit non tant par son ampleur que par la rapidité de sa mise en place. Quels sont les changements attendus sur le continent, les océans, les calottes de glace et à quellevitesse en réponse à cette augmentation de température globale? Quelles sont les conséquences prévisibles de ces changements rapides sur la végétation, les animaux et les sociétés humaines ?
Il y a 17 000 ans, la planète quittait un état glaciaire pour entrer dans une phase interglaciaire. Bien que plus progressive, sous des concentrations en CO2 largement plus faibles, l’augmentation de température globale associée à cette transition est d’amplitude équivalente à celle attendue aujourd’hui. Dans ce contexte, quels enseignements pouvons- nous tirer de ce qui s’est passé pendant la dernière déglaciation ? Jusqu’où pouvons-nous extrapoler à partir du passé ce qui pourrait se passer dans le futur ? Y-a-t-il déjà des conséquences visibles du réchauffement rapide actuel sur les végétaux, les animaux et les hommes ? Est-ce que l’amplitude et la vitesse du changement actuel laisseront suffisamment de latitude aux écosystèmes pour s’adapter ? Est-il possible de limiter le réchauffement climatique pour que sa vitesse ne dépasse pas la cadence des adaptations évolutives possibles des espèces et des sociétés ?

Direction scientifique

Christophe FRANCOIS: Chercheur au laboratoire d’écologie, systématique et évolution

Christine HATTE : Chercheuse CEA au LSCE, géochimiste et géochronologue

Direction pédagogique :

Sylvie CATELLIN : Maitre de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication

Maud PRESSE : Accompagnatrice VAE et doctorante en sciences de l’information et de la communication

Modérateur

Pierre-Henri GOUYON : Professeur au Museum d’Histoire naturelle, à l’AgroParisTech, Sciences Po (Paris) et à l’ENS

Intervenants

Valérie MASSON-DELMOTTE : Directrice de recherches au CEA de Saclay

Paul LEADLEY : Professeur à l’université Paris Sud

Joël GUIOT : Directeur de recherche CNRS au Centre Européen de Recherche et d’Enseignement en Géosciences de l’Environnement (CEREGE).

Lecture performance multimédia

Stéphane PERRAUD – Aram KEBABDJIAN

Sous la direction scientifique de Pascale BRACONNOT, Christophe COLIN, Christophe FRANCOIS, Christine HATTE, Valérie MASSON-DELMOTTE, Matthieu SOURDEVAL

Direction pédagogique :

Coline ARNAUD, Sylvie CATELLIN, Matthieu SOURDEVAL, Gianni GIARDINO, Françoise HACHE-BISSETTE, Maud PRESSE

Informations pratiques

Cité des Sciences et de l’industrie
Carrefour numérique
30 avenue Corentin Cariou
75019 Paris

Accès

Métro/Tramway : T3B – M7 – Arrêt Porte de la Villette
M5 – Arrêt Porte de Pantin
Autobus : 75, 139, 150, 152, PC1 et PC2
station « Porte de la Villette »
Accès handicapé : PC1 et PC2
En voiture : Paris périphérique nord,
sortie « Porte de la Villette »
Parc-autos payant, entrée quai de la Charente

Plus d’informations sur le site de la RATP

Suivez-nous sur les réseaux sociaux